Le mégot, un petit déchet, mais un gros problème

[Pas le temps de tout lire ? Retrouvez notre synthèse par >>> ici <<<]
Dans le monde, 137 000 mégots sont jetés par seconde[1]. En France, on estime que 70 milliards de mégots sont produits chaque année. Et c’est près de la moitié qui finirait jetée par terre[2] … un geste devenu quasi banal. Le mégot de cigarette est classé en 1ère place du « Top 10 des déchets ramassés sur les plages » de l’association SurfriderFoundation Europe. Bien triste record qui ne comptabilise pas ceux ayant rejoint l’océan !  Pourtant, diront certains, c’est un tout petit déchet, 3 cm pour 1 gramme, pas de quoi en faire toute une montagne ! Zéro Déchet Lyon vous explique pourquoi ce petit déchet est au contraire très problématique et vous présente les alternatives et initiatives locales pour améliorer la fin de vie de ce déchet. 

Le parcours du mégot : un cycle de vie lourd de conséquences

La quantité de mégots de cigarettes stagne depuis 2010 en corrélation avec la stabilité du nombre de fumeurs×ses. Toutefois, on assiste à une augmentation des mégots jetés dans la rue depuis l’interdiction de fumer dans les lieux publics (loi de 2007). Selon Thierry Philip, ancien maire du 3e arrondissement de Lyon, la gêne représentée par les mégots aurait progressé de 12 à 34% entre 2011 et 2015 suite à un sondage auprès des Lyonnais[3]. La Métropole de Lyon est en charge du nettoiement des espaces publics : 2 850 km de voies, 8 millions de m² de trottoirs[4] et 9 000 corbeilles[5]. Ce nettoyage est soit manuel, soit mécanisé et selon la fréquentation et les caractéristiques des rues, il a lieu entre une et treize fois par semaine[6]. Or les mégots sont des déchets petits qui se glissent dans les recoins et entre les pavés, par exemple dans le Vieux-Lyon. Dans ce cas, le ramassage des mégots est particulièrement long et fastidieux car un coup de balais ou de balayeuse-laveuse ne suffit pas et c’est donc un par un et avec une pince que les mégots devraient être ramassés par les agents de la voirie… Le plus souvent, les mégots passent à la trappe et leur chemin vers les égouts ou cours d’eau commence alors ! Ils vont pouvoir révéler toute leur toxicité…explications !

Autopsie d'un meurtrier : Campagne de communication de la Ligue contre le cancer
Campagne de communication de la Ligue contre le cancer

Le contenu des filtres est déjà directement nocif pour la santé du fumeur×se[7] et aussi pour l’environnement : il se compose d’un filtre en acétate de cellulose, qui est une forme de plastique traité par des substances toxiques pour lui donner sa forme (dioxyde de titane, triacétine, etc.), d’un reliquat de tabac et d’un papier entourant le filtre[8]. En tout, il contiendrait plus de 2500 composants chimiques (mercure, arsenic, goudron, résidus de pesticides et autres métaux lourds…)[9]. Ce sont tout autant de substances qui se retrouvent dans la nature, où la dégradation de ce petit déchet peut prendre jusqu’à 15 ans . Au-delà de la pollution visuelle engendrée par l’omniprésence des mégots dans les lieux publics et la nature, il y a également toute la pollution que l’on ne voit pas. En effet, chaque mégot non ramassé est emporté par les phénomènes naturels (eau, vent…) poursuit son chemin dans les égouts mais aussi dans les nappes phréatiques, cours d’eau, mers et océans. Il est difficilement traité par les stations d’épurations et les micro-polluants se retrouvent dans le milieu naturel. Les composants chimiques sont libérés en moins d’une heure au contact de l’eau. Ainsi, un petit mégot, à lui tout seul pollue l’équivalent de 500 litres d’eau et, en montagne, un mètre cube de neige !

Le homard - Campagne contre les mégots de No butts
Campagne contre les mégots de No butts

L’acidification des eaux que cela entraîne contribue à la mortalité des animaux marins et, tout au bout de la chaîne, a une possible ingestion par les humains. Tout ce parcours impacte évidemment la faune, la flore, la qualité de l’eau et nous atteint donc directement[10]. Un rapport d’étude de l’INERIS portant sur “L’étude des filières de collecte et de traitement des mégots de cigarettes”[11] réalisé pour le Ministère de la Transition Écologique et Solidaire classe les mégots comme “déchets dangereux”.  

Mais finalement, pourquoi jette-t-on les mégots par terre ?

Il y a plusieurs raisons à ce geste :

  • Le manque d’infrastructures appropriées (cendriers, poubelles) à certains endroits clés comme les arrêts de bus, les bouches de métro, les sorties de lieux de travail, de facultés, de bars, etc.
  • Le manque de sensibilisation et de connaissance sur l’impact des mégots : certaines personnes pensent que le mégot est totalement biodégradable et se permettent ainsi de le jeter par terre. D’autres pensent qu’étant donné sa petite taille, il n’a pas vraiment d’impact.
  • L’effet boule de neige : étant donné le nombre de mégots de cigarettes déjà par terre, due notamment à la difficulté de ramassage, certaines personnes jettent par mimétisme (il en va de même pour les chewing-gums).
  • Le plaisir d’envoyer valser son mégot qui fait souvent partie du rituel “pause clope”. Ce geste est pour certain systématique voir quasi inconscient.

Il y a certainement d’autres raisons de jeter son mégot par terre, pourtant, cela reste un geste d’incivilité. En effet, personne ne fait cela chez soi, ni chez ses amis… Il ne s’agit pas de porter un jugement moral sur les actes des autres mais de comprendre d’où vient ce geste et quelles alternatives nous pouvons mettre en place.  

Quelles solutions durables à ce déchet ?

Les mégots, ça se recycle !

Qui l’eut cru, les mégots de cigarettes peuvent se « recycler » ! Concept encore méconnu du grand public, il existe pourtant quelques entreprises qui les collectent et certaines qui les recyclent.

Boite Zéro Déchet de Terra Cycle
www.terracycle.fr/fr-FR/zero_waste_boxes/megots-de-cigarette

TerraCycle, la plus ancienne et connue, fondée en 2001 aux Etats Unis est spécialisée dans la collecte et le recyclage de déchets « difficiles » et non recyclés par les filières de tri conventionnelles (bouchons d’oreilles, fournitures de bureaux…). Elle commercialise ainsi des boîtes « Zéro Déchet » (non valorisable) dont une dédiée aux mégots et aux déchets liés (blisters plastique des paquets de cigarettes, feuilles d’aluminium à l’intérieur des paquets, cendres). Une fois collectés et massifiés, les mégots sont envoyés dans l’usine de recyclage en Angleterre où TerraCycle a mis au point son propre processus de recyclage des mégots[12]. Le principe est de séparer les déchets organiques (résidu de tabac, papier et cendre qui sont décontaminés puis compostés), des déchets plastiques extraits des filtres (l’acétate de cellulose), qui sont eux aussi décontaminés. Les déchets plastiques sont ensuite broyés et mélangés à d’autres plastiques. Cette nouvelle matière est pressée sous forme de plaque et peut ensuite être réutilisée par des industriels par exemple pour la fabrication de jardinières urbaines, de séparateurs pour salon d’exposition, etc. Pour un exemple français,  l’entreprise Eco Action Plus propose depuis 2017 la première unité de recyclage des mégots de cigarettes en France pour les valoriser en plaques de plastique grâce au service Mé-Go[13]. Ce service propose plusieurs solutions de collecte, une pour les petites entreprises, les associations et les particuliers et une pour les structures de plus de 10 collaborateurs. Il a en parallèle noué des partenariats avec des collecteurs sur tout le territoire Français. Notons toutefois que le recyclage des mégots a bien évidemment un coût financier élevé du fait des étapes de décontamination et du faible gisement, en termes de tonnage. Contrairement à d’autres types de déchets, son recyclage n’est pas très lucratif. Cela explique en partie pourquoi aussi peu d’industriels ont investi le terrain.

Exemple d'un cendrier de cendricom
Exemple d’un cendrier de cendricom

Au-delà de ces exemples de collecteurs-recycleurs, de nombreuses entreprises proposent aujourd’hui des services de collectes et nouent des partenariats avec TerraCycle ou Eco Action Plus pour le traitement. A Lyon,  Cy-Clope propose une meilleure gestion des zones fumeurs dans les grandes entreprises ou collectivités avec des bornes à mégots design et colorés en mesure de contenir jusqu’à 10 000 mégots. Cendricom, installé dans les Monts du Lyonnais, propose une solution de collecte dans les espaces publics, privés ou lors de manifestation avec la possibilité de customiser le collecteur. D’autres encore commercialisent des cendriers de poches ou des étuis pour paquets de cigarettes tels que Own Box. Pour inciter ses clients à utiliser l’étui à cigarette, ce dernier propose même de racheter les mégots 10€ le kilo (sous condition bien évidemment).   Cendrier sondage d'Eiseinia installé à la MECEt enfin, certaines développent le concept de cendriers-sondage (ou boîtes à clopes). Ce concept a initialement été lancé au Pays Basque, par l’association Tree6clope. A Lyon, l’association Eisenia, spécialisée dans la mise en place de solutions de transition écologique, propose également des cendriers-sondage. Le dernier vient d’être installé à la Maison de l’Economie Circulaire ! D’autres réflexions sont également en cours pour réutiliser les mégots. En Australie, on envisage d’en faire des routes[14], des scientifiques de Corée du Sud pensent pouvoir recycler les mégots en énergie[15], un surfeur américain a fabriqué à l’aide de mégots sa planche de surf nommée « Cigarette Surfboard »[16], un brésilien les transforme en objet d’art[17], une chilienne en fait des vêtements en tissant les fibres des filtres de cigarettes avec de la laine[18], etc. Si vous êtes un peu artistes ou inventeurs, vous aurez certainement d’autres idées ! Ces exemples ne sont bien évidemment pas exhaustifs, mais finalement on découvre ici que les possibilités de collectes sont multiples et peuvent être adaptées à tout public et que le recyclage et/ou réemploi existent. Le meilleur déchet est celui que l’on ne produit pas, mais avec les mégots, il y a bel et bien un enjeu d’améliorer la collecte de ces déchets. Comment encourager une meilleure pratique ?

La fin des mégots dans le caniveau ! De la collectivité à l’individu, plusieurs moyens d’action

Quel est le rôle des collectivités dans tout ça ?

Campagne de communication à Londres
source

Aménager et sensibiliser. Nous l’avons dit, le Grand Lyon est en charge du nettoiement et du mobilier urbain. Une augmentation des poubelles-cendriers est souhaitable liée à une meilleure implantation de ces dernières, au plus près des pratiques et lieux des fumeurs×ses. Opter pour des dispositifs « incitatifs », les fameux cendriers-sondages dont nous parlions, aide à une meilleure captation de ces petits déchets. Enfin, ces installations ne peuvent être envisagées sans des campagnes de sensibilisation à travers un affichage conséquent.  D’autres opérations de sensibilisation plus originales peuvent être menées, comme ce fut le cas à Londres : à quand un tas immense de faux mégots géants place Bellecour ?    Cendrier de poche du Grand Lyon Financer régulièrement la distribution de cendriers de poches dans les rues. En 2008 le Grand Lyon avait distribué via ces agents de propreté des cendriers de poche pour les mégots de cigarettes. 20 000 boîtiers auraient été distribués à certains points stratégiques de la ville[19].     180€, ça fait chère la clope - Campagne de communication de la ville de CannesÉventuellement, verbaliser au même titre que pour les déjections canines. Il semblerait que la métropole de Lyon ait un moment envisagé la répression mais elle privilégie pour l’instant la prévention et la sensibilisation[20]. Pour autant, de nombreuses villes s’y sont déjà mises telles que Paris, mais également Cannes, Dijon, Lille, Biarritz, Colmar… Soutenir financièrement les actions des associations locales et conseils de quartier en faveur de la propreté des rues (voir “Des associations à fond !” ci-dessous). Mener une enquête sur le coût réel qu’induit le jet de mégot pour appuyer la communication sur le sujet (nettoyage des espaces publics, traitement des eaux, entretien des canalisations, campagnes de sensibilisation, luttes contre les feux de forêts, etc.). Au-delà de ses actions que les collectivités pourraient mettre en place ou mettent déjà en place, de nombreuses associations se mobilisent également pour lutter contre ce déchet et rendre nos rues plus propres et notre environnement plus sain. 

Des associations à fond !

“ Ramasser rien qu’un déchet, c’est un petit geste pour une grande cause”  – Association « Un océan de vie » œuvrant pour le maintien d’océans viables Ces associations organisent des campagnes de sensibilisation, d’informations, des opérations de collectes, etc. Voici un petit tour d’horizon de certaines initiatives locales (ou non) qui ont retenu notre attention : Campagne de communication - Mon 7ème sans mégotA Lyon plusieurs initiatives de quartier ou d’arrondissement ont vu le jour. Ainsi, une action de sensibilisation “ Mon 7ème sans mégot” menée par Le Comité d’Intérêt Local Gerland Guillotière, en partenariat avec la mairie du 7ème a eu lieu en 2017. En amont, il a réalisé une enquête propreté auprès des habitants pour mieux cerner leurs besoins. Suite à cette enquête, une campagne de communication a eu lieu avec de l’affichage, des stickers collés sur les poubelles, etc.   Un mégot met entre 6 mois à 12 ans pour disparaître - Campagne de communication Lyon 6èmeDans le 6ème, la mairie et les conseils de quartier de l’arrondissement ont lancé depuis 2013 l’opération “ Les Cendriers d’Or du 6e” visant à sensibiliser restaurateurs et clients à la pollution engendrée par les mégots jetés au sol. Les bars-restaurants peuvent ainsi signer une charte de propreté urbaine. Un jury passe ensuite vérifier qu’elle est appliquée et une remise de prix est organisée chaque année pour récompenser les signataires les plus performants et les plus respectueux de la charte. Le conseil de quartier “Quartiers anciens” dans le 5ème s’est inspiré de cette initiative pour réaliser également son opération “Cendriers d’Or” auprès de 131 restaurateurs en 2017[21]. Des opérations de ramassage de déchets telles que le Lyon Clean Up Day ou le World Clean up Day sont annuellement organisées à Lyon et partout en France et dans le monde. Si cela vous intéresse, vous pouvez participer au prochain Lyon Clean Up Day le 6 octobre 2018 ! Certaines associations profitent du « Mois sans tabac » qui a lieu chaque année au mois de novembre, pour organiser des campagnes d’information, de sensibilisation et de ramassage des mégots à l’instar du projet Zéro mégot à Nantes qui est par ailleurs référencé parmi les solutions du film « Demain »[22]. D’autres associations organisent à n’importe quel moment de l’année des opérations « Ramasse ton mégot » comme Champ d’action, association pour la préservation de l’environnement à Toulouse pour sensibiliser le grand public sur la nocivité de ce petit déchet. Ainsi, la dernière opération leur a permis de ramasser 17 500 mégots en 2 heures dans le centre ville[23]!

Et à mon échelle, que puis-je faire ?

  • Avoir toujours sur soi un cendrier de poche! Pensons au principe du colibri qui nous incite à faire chacun notre part[24] !
  • Sensibiliser ses proches, collègues, etc qui jettent leur mégot par terre ou même un passant dans la rue sans pour autant tomber dans le jugement.
  • Inciter la mise en place de cendriers-sondage ou de bornes cendrier sur son lieu de travail, dans son café, bar ou restaurant préféré, dans ses lieux de loisirs, etc.
  • S’engager dans les associations évoquées ci-dessus, dans son conseil de quartier [25] ou lors des opérations de ramassage de déchets.
  • Et pourquoi pas, arrêter de fumer si on est concerné 😉

[1] Source : www.planetoscope.com/recyclage-dechets/862-megots-de-cigarettes-jetes-dans-la-rue.html [2] Source : www.planetoscope.com/recyclage-dechets/862-megots-de-cigarettes-jetes-dans-la-rue.html [3] www.lyoncapitale.fr/Journal/Lyon/Actualite/Environnement/Philip-A-Lyon-on-est-plus-sur-la-prevention-des-jets-de-megots [4] www.grandlyon.com/metropole/nettoiement-des-espaces-publics.html [5] www.grandlyon.com/pratique/faq-dechets-proprete.html#c53 [6] www.grandlyon.com/pratique/faq-dechets-proprete.html#c53 [7] www.liguecancer01.net/prevention_information_image_tabac.htm [8] www.surfrider.eu/baignade-interdite-pour-les-megots/ [9] www.leprogres.fr/actualite/2015/10/06/le-megot-a-plus-de-2-500-composants-chimiques-dont-certains-dangereux [10] www.lacanausurfinfo.com/admin/tiny_mce/plugins/filemanager/files/initiatives_oceanes/initiatives-oceanes-bache2014_fr.jpg [11] www.ineris.fr/fr/etude-des-filieres-de-collecte-et-de-traitement-des-megots-de-cigarettes [12] Processus expliqué dans cette vidéo : www.youtube.com/watch?v=_X5HqznFkbU&feature=youtu.be [13] En savoir plus sur la méthode de recyclage sur cette vidéo :www.actu-environnement.com/ae/news/megot-collecte-recyclage-contravention-surfrider-ecomegot-nudge-mego-30215.php4 [14] www.consoglobe.com/et-si-construisait-des-routes-avec-des-megots-de-cigarettes-cg [15] www.newstoprotect.axa/#Gy4ovlBlqpQAYkWj.99 [16] www.franceinter.fr/idees/il-cree-une-planche-de-surf-avec-10-000-megots-de-cigarettes [17] www.dailymotion.com/video/x283bcj [18] www.kleenup.me/blog/ecolo/136-une-solution-pour-recycler-les-megots-en-faire-des-vetements [19]www.mlyon.fr/34727-une-petite-boite-pour-lutter-contre-les-megots.html et /www.lyonmag.com/article/8281/grand-lyon-20-000-boites-a-megots-distribuees [20]www.leprogres.fr/lyon/2015/10/06/megot-de-cigarette-jete-par-terre-a-lyon-on-prefere-la-prevention [21] En savoir plus à ce lien : mairie5.lyon.fr/votre-mairie/conseils-de-quartier/conseil-de-quartier-quartiers-anciens [22] www.demain-lefilm.com/les-solutions-decouvrir [23] champdactions.wixsite.com/cad31 [24] www.colibris-lemouvement.org/mouvement/nos-valeurs [25] Pour participer à l’amélioration de la propreté dans votre quartier, vous pouvez rejoindre l’un des 36 conseils de quartier de Lyon.Liste à ce lien : www.lyon.fr/sites/lyonfr/files/content/documents/2017-11/plaquette-inscription-cq-2017.pdf ou sur ce site www.lyon.fr/conseiller-de-quartier

Laisser un commentaire