Au détriment du tri (2021)

Pas le temps de tout lire ? Retrouvez notre synthèse parici

Le recyclage sert souvent aujourd’hui de prétexte pour faire perdurer une société de surconsommation, en déculpabilisant les un·es par la soi-disant garantie d’une réutilisation des matières constituant les déchets (« achetez du jetable, ce n’est pas grave c’est recyclable, la planète vous dit merci ! ») et en culpabilisant les mauvais·es trieur·euses. L’association Zéro Déchet Lyon vous explique le fonctionnement du tri dans le Grand Lyon avant de pointer les limites de ce système et de dessiner les alternatives.

Lire la suite « Au détriment du tri (2021) »

Déconfinement et recours au « tout-jetable »: Zéro Déchet Lyon alerte le président de la Métropole de Lyon

Par un courrier du 14 mai, l’association alerte la Métropole de Lyon sur l’absence de solutions alternatives proposées et soumet des alternatives aux restaurateurs·ices tenté·e·s de réouvrir grâce à la solution de vente à emporter. A la date du 26 mai, aucune réponse n’a été reçue de la part président M. Kimelfeld ou de ses élu·e·s.

Lire la suite « Déconfinement et recours au « tout-jetable »: Zéro Déchet Lyon alerte le président de la Métropole de Lyon »

Innovation technologique ou sociale : un choix à 600 millions d’euros pour nos déchets

Après le déchargement dans la fosse de l'incinérateur par les camions de collecte, le grapin introduit les déchets dans le four. ©Zéro Waste France
Après le déchargement dans la fosse de l’incinérateur par les camions de collecte, le grapin introduit les déchets dans le four. Plus de 400 000 tonnes de déchets sont incinérés chaque année à Lyon qui contiennent pourtant 66% de matière valorisable. ©Zéro Waste France

La réduction des déchets et le devenir des incinérateurs font partie des enjeux majeurs de cette première élection métropolitaine. Dans une tribune publiée par Rue89 Lyon, l’association Zéro Déchet Lyon interpelle les futur.e.s candidat.e.s et présente ses propositions.

Lire la suite « Innovation technologique ou sociale : un choix à 600 millions d’euros pour nos déchets »