2025 : 100% de plastique recyclés ?

Edouard Philippe, premier ministre, annonçait en juillet 2017 “100% des plastiques seront recyclés en France d’ici 2025”. Les spécialistes parlent d’un objectif ambitieux voire inatteignable. Quelles sont alors les blocages ? Où en sommes nous ? Et allons nous y arriver ?

Bouteilles de plastiques compressées en un cube compact

Tout d’abord, qu’est ce qu’un plastique ?

Communément lorsque l’on entend plastique, on entend pétrole. Pourtant tous ne sont pas fait à partir de matières pétrosourcées !

« Une matière plastique ou en langage courant un plastique, est un mélange contenant une matière de base (un polymère) qui est susceptible d’être moulé, façonné, en général à chaud et sous pression, afin de conduire à un semi-produit ou à un objet. » wikipédia

Alors qu’est ce qu’un polymère ?

Les polymères sont la répétition d’une même molécule. Ils peuvent être issus du pétrole, du végétal ou de l’animal. On trouve par exemple le polyéthylène (PE) issu du pétrole avec lequel on fait des bouteilles ou la cellulose, polysaccharide, polymère le plus présent sur terre qui est un des constituants principaux des végétaux et avec lequel on réalise des films d’emballage.

Pourquoi n’utilise-t-on pas uniquement des polymères issus du végétal ?

Le choix des matières : les super pouvoirs des plastiques

Une matière légère qui peut être molle, résistante, colorée, à paillettes ou transparente, modifiable, pliable ou à mémoire de forme. On peut la tisser, la mélanger, la rendre résistante au feu, à l’eau ou au temps. Le plastique mériterait son comic Marvel.
Ce sont ses propriétés multiples et son faible coût de production, grâce à la baisse du prix du pétrole, qui lui ont fait prendre le pas sur le métal, le verre ou le bois.
Cependant, ce n’est pas la même matière qui est utilisée à chaque fois car le plastique est une famille qui regroupe plusieurs type de polymères. Ils ont donc chacun leurs propriétés et vont être utilisés pour différentes fonctionnalités. Par exemple, on choisira un silicone pour résister au choc, un PVC pour faire une vitre et un cellophane pour un film alimentaire.

Le plastique issu du pétrole est une matière légère, peu cher et le process industriel pour le transformer en un emballage adapté est connu. Cependant, ce cahier des charges ne prend pas en compte la recyclabilité finale de l’emballage. Il se peut que la filière de recyclage n’existe pas car elle n’est pas économiquement viable ou que le plastique soit mélangé à d’autres matières le rendant non-recyclable. Des additifs sont souvent ajoutés pour respecter le cahier de charge (améliorer les performances physiques, lutter contre le vieillissement).

Les emballages recyclables à Lyon en 2017 :

  • Bouteilles (eau, huile…)
  • Flacons alimentaires (vinaigrette, sauce)
  • Produits de toilette (gel douche, shampooing)
  • Produits ménagers (liquide vaisselle, nettoyant, javel)
  • Cubitainers (cubi de vin…)

Aujourd’hui, sur Lyon, les boîtes à œufs en plastique, les barquettes alimentaires, les pots de yaourt et de crème fraîche, les emballages souples des pack d’eau et les sacs plastiques ne sont pas à mettre dans le bac de recyclage.

Toutefois ces consignes devraient évoluer à horizon 2020.

Pourquoi n’utilise-t-on pas uniquement des polymères recyclables ?

L’éco-conception: pas si facile de tout changer

Lorsqu’on lance son produit, on peut penser toute la chaîne de production ainsi que le début et la fin de vie du produit. On peut alors proposer un produit dit éco-conçu, c’est-à-dire conçu de la manière la plus écologique possible selon l’analyse de son cycle de vie.
Cependant, lorsque la gamme existe déjà et que les lignes de production n’ont pas été optimisées pour l’écologie, il est plus difficile de faire un transfert vers une gamme éco-conçue.

Changer la matière de son produit veut dire investir dans la recherche et développement puis dans la modification de la ligne de production. Il est nécessaire pour ces modifications d’avoir les compétences et les outils pour optimiser l’emballage d’un point de vue environnemental. Lors du choix d’investir dans l’éco-conception, l’entreprise doit mettre en balance le coût de l’investissement, l’impact sur la marque et les opportunités qu’elle obtient en terme de nouveaux marchés.
Pour accompagner cette transformation, une entreprise peut choisir d’intégrer un concepteur de produits écologiques ou de faire appel à un bureau d’études dédié. Autour de Lyon, il existe plusieurs de ses bureaux d’études. On peut citer Ecostatis, YUKKA, Inddigo, le Pôle éco-conception, Evercycle et plusieurs indépendants.

Les plastiques: 100% recyclables

Il est possible de recycler le plastique de plusieurs manières. Il existe un recyclage thermique, comme pour le métal et le verre, il est possible faire fondre le plastique et de mouler l’objet suivant. Il est aussi possible de réaliser un recyclage mécanique en transformant le plastique à l’état de fibre puis de le tisser pour faire des vêtements.
Enfin, il y a le recyclage chimique. Les plastiques sont des polymères, c’est à dire une chaîne de la même molécule qui se répète de nombreuse fois. Il est donc possible de découper cette chaîne jusqu’à obtenir un tas de cette molécule puis de les réarranger pour obtenir un plastique bien ordonné et prêt à l’utilisation.
Cependant, ces recyclages sont énergivores. Il peut donc être contre-productif d’un point de vue environnemental de réaliser le recyclage. Il faut aussi prendre en compte que cela peut ne pas être économiquement intéressant. Par exemple, le recyclage peut rendre la matière beaucoup plus chère que si elle était produite à partir de matière à nouveau extraite. Il est alors nécessaire de trouver un modèle économique qui rende le plastique recyclé concurrentiel.

Extrait: “100 % de plastiques recyclés en 2025 : un objectif irréaliste” – Concepcion Alvarez

« Selon une étude publiée en 2015 par l’organisation, l’éco-efficacité maximale du recyclage des emballages plastique se situe entre 35 % et 53 %. « Aller au-delà serait trop coûteux ou sans intérêt pour l’environnement, explique PlasticsEurope. Ainsi par exemple, pour le recyclage des plastiques mélangés, la valorisation énergétique industrielle offre un meilleur coût/bénéfice que le recyclage ».

Aujourd’hui, les filières de recyclage existantes sont pour le polypropylène (PP), le polyéthylène haute densité (PEHD) et le polyéthylène téréphtalate (PET) qui constitue des pots et des flacons.

Paprec et Nicollin vont investir dans leur centre de tri respectif à Saint-Priest et à Saint-Fons qui permettront de traiter: journaux et revues, cartons, briques alimentaires, papiers cartons mêlés, acier, aluminium, PET clair, PET foncé, PEHD jusqu’à 100 000 tonnes/an en tout.

Un objectif ambitieux

Seulement 26% des emballages plastiques sont triés et recyclés en France en 2017. De plus, lorsque Edouard Philippe annonce, en juillet 2017, “100% de plastique recyclé en France d’ici 2025”, il ne parle pas seulement des emballages. Pour la totalité des plastiques recyclés, le chiffre est à 22% de plastique recyclé en 2016 en France, soit une amélioration de 57% en 10 ans.
Fin 2016, un quart des Français étaient en mesure de recycler l’ensemble des plastiques, soit plus de 15 millions de personnes contre 3,7 millions en 2014.
Avec les contraintes techniques et économiques expliquées plus haut, cette annonce semble plus être une phrase à impact qu’un objectif réalisable comme le soulignent plusieurs spécialistes.

Une perspective très encourageante

Cela reste une volonté du gouvernement et l’information a été relayée par de nombreuses plateformes. Beaucoup de personnes se posent des questions sur ce chiffre et c’est là qu’est le plus important car cela veut dire que cette annonce mobilise les acteurs du traitement des déchets plastiques pour trouver des solutions.
Plusieurs entreprises communiquent, s’engagent et créent des groupes de travail sur cet objectif.
Dans le cas de la métropole, la décision a été votée d’orienter 100% des emballages plastiques vers le bacs de tri en 2020.

Les actions

Ce qu’ils font

Les entreprises s’engagent à incorporer une plus grande quantité de matière recyclé dans ses procédés. Le secteur des boissons souhaite, par exemple, utiliser 100% de plastique PET recyclé pour ses bouteilles.

Du côté de l’état, Brune Poirson a annoncé la mise en place en 2019 d’un bonus-malus sur les emballages plastiques pour inciter les entreprises à choisir du plastique recyclé et pour renforcer les filières de recyclage, l’uniformisation de la couleur des poubelles au niveau national et la clarification entre le logo tri-man (signe de possibilité de recyclage) et le point vert (signe de cotisation des entreprises à un éco-organisme).

à gauche le point vert, à droit tri-man

L’organisme de collecte CITEO a prévu de généraliser progressivement le tri à l’ensemble des emballages plastiques, dont les pots, barquettes et films plastiques, ainsi que d’augmenter l’accessibilité du tri à tous d’ici 2022.

NOVETHIC propose d’aller plus loin dans son article:
[Danger plastique] Dix solutions pour un scénario zéro plastique

Ce que vous pouvez faire

Le plus important est de prendre conscience de la place du plastique dans notre société. En particulier, les plastiques qui ne sont pas évidents à voir. Par exemple, la majorité de nos vêtements sont en plastique.
L’idée est de voir la place que le plastique a pris dans nos vies et ce que cela implique au niveau de la pollution par micro-plastique et quels sont alors les effets sur votre santé.

Vous pouvez essayer de choisir des matières les plus durable dans le temps comme, le bois, le métal ou le verre et dans le cas où ce n’est pas possible, essayez de différencier les plastiques recyclables de ceux qui ne le sont pas grâce au triangle inscrit sous le produit. Vous pourrez alors privilégier les plastiques 1 (PET) , 2 (PEHD) et 5 (PP)

PET 01
PP 5

Les logos des plastiques déjà recyclables en 2019

S’inspirer des 5 règles du zéro déchet :
  • REFUSER ce dont on n’a pas besoin (goodies, prospectus, sac en magasin, paille, etc.)
  • RÉDUIRE : vendre un vêtement dont on ne se sert pas avant d’en acheter un nouveau, en donnant à des associations les vieux jouets qui traînent dans le grenier…
  • RÉUTILISER en favorisant les objet qui ont une durabilité et en évitant tout objet qui ne sert qu’une fois : gourde vs. bouteille en plastique, serviettes en tissu vs sopalin, cabas en tissu à avoir toujours sur soi et refuser les sacs que l’on nous propose dans les magasins, investir dans des lingettes démaquillantes lavables pour remplacer les disques de coton…
  • RECYCLER et COMPOSTER toujours dans cet ordre. Le recyclage est une bonne alternative, mais elle sera toujours moins favorable que les 3 premières solutions.

Notre livre « Objectif Zéro Déchet » est paru récemment (cf. https://zerodechetlyon.org/les-projets/le-livre/). C’est pas moins de 160 pages de trucs et astuces, bonnes adresses, tutos pour réduire ses déchets. Après ça on ne pourra plus dire qu’on ne sait pas comment s’y prendre !


Avis anonymisé sur la consultation prévention des déchets et économie circulaire

Pour plus d’informations, contactez Oriane Marignier – oriane.marignier@gmail.com ou notre pôle Plaidoyerplaidoyer@zerodechetlyon.org

Bibliographie

Nos articles en lien avec le sujet

Articles sur 2025, 100% de plastiques recyclés ? Articles très courts et très spécifiques

Les 10 points clefs à retenir :

  1. Objectif: 100% du plastique utilisés en France recyclés d’ici 2025
  2. 100% des plastiques sont physiquement recyclable
  3. 25% d’emballages recyclés en 2017 en France
  4. 22,6 % de plastiques recyclés tout confondus en 2016 en France
  5. 38,4 % de personnes trient leurs déchets en 2018 en France
  6. 100% d’emballages triés à Lyon en 2020
  7. Au delà de 53 %, le recyclage n’a plus d’intérêt environnemental et/ou économique
  8. 320.000.000.000 kilos de plastique produit en 2015
  9. en 2015 en France 32 kg de déchets plastique par habitant et par an
  10. 5% du plastique utilisé dans le monde sont recyclés

Laisser un commentaire